Fra Angelico

Comme vous l’avez peut-être remarqué, j’ai illustré quelques billets par des photographies de peinture de Fra Angelico. Ses peintures et fresques me touchent beaucoup et je vous propose de partir à sa découverte.

Rapide aperçu de la vie de Fra Angelico

Fra Angelico, en réalité Fra Giovanni, est né entre 1390 et 1400 et aurait été admis à la communauté San Domenico à Fiesole entre 1418 et 1421. Fiesole est à quelques kilomètres de la ville de Florence, située sur l’une des nombreuses collines qui entourent la ville. Il reste quelques années à Rome mais passe la majeure partie de son temps à Fiesole et Florence. Ses condisciples l’appelaient Fra Angelico à cause de sa propension à dessiner des anges.

Il est connu surtout pour les fresques qu’il a peintes dans les cellules du couvent San Marco, chaque fresque représentant un épisode de l’évangile mais il a peint aussi des retables ou des miniatures.

Il meurt à Rome en février 1455, où il repose dans l’église Santa Maria sopra Minerva, tout comme Sainte Catherine de Sienne.

Note : pour des questions de mise en page, les œuvres apparaissent avec une taille réduite dans l’article. Pour voir plus de détails et mieux les apprécier, il vous faut aller dans la Galerie Photo.

Un aperçu de son œuvre

Ces quelques peintures ne représentent qu’une petite partie de l’œuvre de Fra Angelico mais j’espère que cet aperçu vous donnera envie d’en savoir plus.

Enluminure de missel

Commençons par un exemple des extraordinaires qualités de finesse et de précision avec cette magnifique enluminure d’un missel où l’on y voit Marie recevoir la bénédiction pendant l’Annonciation, thème cher à Fra Angelico.

 Vierge à l’Enfant

Retable, vers 1425

Sur ce retable de la Vierge à l’Enfant du couvent San Domenico à Fiesole, on y voit, de gauche à droite, Saint Thomas d’Aquin, Saint Barnabé, Saint Dominique et Saint Pierre Martyr. Marie tient l’enfant Jésus dans les bras, entourés d’anges aux ailes colorées.

 La Transfiguration

Transfiguration du Christ, vers 1440Cette fresque de la cellule n°6 du couvent San Marco relate un épisode important du Nouveau Testament, décrit, notamment, dans Mt, 17. Jésus a emmené Pierre, Jacques et Jean sur une haute montagne et là, il est transfiguré tandis qu’Elie et Moïse apparaissent. Les apôtres sont apeurés. Fra Angelico ajoute à la scène Marie ainsi que Saint Dominique. Il faut d’ailleurs noter que Saint Dominique, en tant qu’initiateur et fondateur de l’ordre des Dominicains, est très souvent représenté dans les tableaux de Fra Angelico, et surtout dans les cellules des moines.

Jésus a les bras en croix, préfigurant la crucifixion. Il domine Élie et Moïse car il est plus haut que les prophètes qui l’ont précédé et annoncé. Seul Pierre, parmi les 3 apôtres, a le visage visible. Il regarde dans la même direction que Jésus. Mais le montrer à visage découvert dégage l’impression de solidité et de sérénité de celui à qui Jésus dira : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église » (Mt 16, 16).

Enfin, les experts s’accordent à considérer que le drapé du vêtement du Christ est excessivement bien représenté pour l’époque, témoignant du talent de l’auteur.

Le Christ bafoué

Le Christ bafoué, vers 1440Situé dans la cellule n°7, elle montre le Christ assis sur un siège, préfigurant son trône à venir malgré les outrages subis. Il a les yeux bandés, est couvert d’une couronne d’épines et Il tient dans ses mains le sceptre du pouvoir et le globe terrestre (mais représentant l’univers entier), attributs dont ses détracteurs se moquent. Mais c’est bien lui qui détient le pouvoir – céleste. Autour de lui sont représentés de manière symbolique les différents outrages : gifle, crachat, coups, …

En contre-bas, sa Mère, souffrant en silence du supplice subi par son Fils, et Saint Dominique, un ouvrage à la main, méditant sur la passion du Christ.

Saint Dominique adorant le Christ sur la Croix

St Dominique au pied de la Croix, vers 1442Fresque situé dans un corridor, elle représente Saint Dominique, seul au pied de la Croix. Les blessures du Christ sont très apparentes et le sang coule sur le bois de la croix. Ceci fait référence au : « Ceci est mon sang, versé pour la multitude en rémission des péchés ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 tableaux représentant l’Annonciation

Le thème de l’Annonciation est très présent dans l’œuvre de Fra Angelico. Voici 3 œuvres peintes à différents moments.

L'Annonciation, vers 1432

L’Annonciation de 1432 est une peinture sur tableau, le premier chef d’œuvre de Fra Angelico. La Vierge, les mains croisées, écoute attentivement l’Ange Gabriel lui dire : « L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous ton ombre ». Une colombe dorée, représentant justement l’Esprit Saint dans toutes les scènes du Nouveau Testament, est au-dessus de la tête de la Vierge. En haut à gauche du tableau, on voit l’expulsion du Paradis : L’Annonciation de la venue du Christ est la réponse au péché originel.

L'Annonciation, vers 1440

L’Annonciation, vers 1440

L’Annonciation de 1440 est la fresque de la cellule n°3 du couvent San Marco. Point de fioritures dans cette représentation : l’œuvre doit porter la prière et non pas offrir de « distractions ». Si dans l’œuvre précédente, la Vierge était assise et l’Ange à demi-agenouillé, ici, c’est la Vierge qui est à genoux tandis que l’Ange est debout. Les bâtiments sont très sobres, contrairement à la colonnade et aux arcades du précédent tableau, même les chapiteaux sont masqués par les ailes de l’Ange. Le témoin de la scène est Saint Pierre martyr (ou Saint Pierre de Vérone), prédicateur dominicain mort assassiné le crâne fendu.

L'Annonciation, vers 1450

L’Annonciation, vers 1450

L’Annonciation de 1450 est une fresque se trouvant dans un des corridors du couvent San Marco. Sa composition rappelle celle peinte en 1432 : la Vierge assise, l’Ange à demi-agenouillé, les colonnades, le jardin. Mais les symboles sont moins nombreux. Elle est, en quelque sorte, à mi-chemin entre les 2 œuvres précédentes.

Pour aller plus loin

Malheureusement, je n’ai pas trouvé de site internet réellement dédié à Fra Angelico. Il existe quelques livres mais, n’en ayant lu aucun, je ne saurais en conseiller.

Je ne peux que vous inviter à aller visiter le musée San Marco à Florence car je peux vous assurer que voir les fresques de visu est une expérience magnifique et qui permet de se « pénétrer » des œuvres de Fra Angelico. Et puis, il y a tant d’autres choses à voir à Florence …

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Auteur: jibitou

Tout est dans la section « Qui suis-je ? »

Partagez ce billet sur

7 Commentaires

  1. A propos de la Satnt Face (B. Angelico): c'est li Christ couronée des éepines conservé chez  Cappella del Santissimo Sacramento del Duomo di Livorno. Si tratta di una tempera su tavola di datazione incerta, oscillante tra la seconda metà degli anni trenta e il 1450 circa.
     
    i

    Publier une réponse
    • Molte grazie ! Infinimente !

      Ainsi, ce magnifique tableau se trouve à Livourne, en Italie.

      Pour les lecteurs français, voici la traduction du commentaire de don Arturo : « Il s’agit d’une détrempe sur bois de datation incertaine, oscillant entre 1430 et 1450. » Les liens wikipédia de son commentaire vous en apprendront plus.

      Publier une réponse
  2. Merci beaucoup , c’est en effet très impressionnant.
    La peinture est magnifique, où peut-elle bien se trouver ?
    Louise

    Publier une réponse
  3. Bonjour

    Julian Schnabel :
    Vous avez déjà vu cette toile de Fra Angelico du Christ dont les yeux sont rouges, plein de sang ? C’est extraordinaire. Quand vous regardez ces yeux dans ce tableau, vous avez vraiment l’impression qu’il est en train de mourir. L’intensité de cette peinture, la précision de cette scène vous font penser différemment à l’horreur de la mort.
    http://madame.lefigaro.fr/culture/enquetes/945-interview-de-julian-schnabel/3

    c’est Julian Schnabel qui m’amène sur votre site pour voir ce Christ, le connaissez-vous ?

    Publier une réponse
    • Bonjour, je n’ai pas souvenir d’avoir vu une peinture représentant le Christ les yeux rouges et plein de sang. Je vais essayer de faire quelques recherches. Merci de l’information en tout cas.

      Publier une réponse
      • Ça y est, j’ai trouvé l’image de la peinture en question. Vous pouvez la visualiser ici.

        Par contre, je ne sais pas où elle se trouve. Il semblerait que ce soit un tableau, et non pas une icône, selon ce qu’en dit cet article.

        Publier une réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>