Les Traditionalistes (1/3)

Ma situation personnelle

Vous me permettrez de commencer par dire quelques mots de mon parcours, afin d'éclairer les propos écrits ci-après. Je suis né en 1967. Mes parents, catholiques pratiquants, ont rapidement été mal à l'aise devant les nouveautés et changements induits par le concile Vatican II. La partie immergée de l'iceberg, ô combien importante, a concerné principalement la question liturgique et ses trop nombreux abus. Nous étions dans les années 1974-75. Parallèlement, un mouvement hostile à Vatican II, sous l'impulsion de Mgr Lefebvre, s'est organisé afin de garantir le maintien de la "Tradition".

Mes parents ont donc fait le choix dans ces années-là de me catéchiser par les traditionalistes. J'allais donc au catéchisme enseignée par une dame "tradi" à Boulogne-Billancourt, j'ai fait ma communion solennelle à St Nicolas du Chardonnet, j'ai été confirmé par Mgr Lefevbre lui-même, j'allais à la messe tous les dimanches à St Nicolas et, last but not least, j'ai fait parti d'un mouvement scout de cette mouvance (pour vous donner une idée, les Scouts d'Europe étaient considérés comme trop laxistes). J'ai connu certaines figures emblématiques de la Tradition, Mgr Ducaud-Bourget et l'abbé Laguérie, pour ne citer qu'eux deux.

Vers l'âge de 16 ans, j'ai décidé de quitter ce mouvement, tout en continuant de pratiquer : je quittais donc les Tradis pour l'Église dite conciliaire.

Que retiens-je aujourd'hui de ces années-là ? De très belles cérémonies. Longues, très longues. Une religion pratiquée "à l'ancienne", tant dans sa forme que dans le fond. Les soutanes des prêtres, les mantilles des femmes, les génuflexions nombreuses et un brin ostentatoires. Les messes en latin et la fameuse liturgie de St Pie V. Voilà pour la forme. Quant au fond, une vision très manichéenne de la vie et de la foi, où on insiste plus sur le châtiment de Dieu que sur son Amour. Ceux, plus âgés, qui ont été catéchisés avant le concile Vatican II (1962-1965) savent ce qu'il en était. Une mini-société, aux rites très codifiés, vivant en vase clos.

Deux éléments ont joué dans ma décision d'adolescent de quitter ce mouvement : d'une part, un élitisme religieux hautain et assez pesant ("Nous sommes les vrais catholiques") qui m'apparut de plus en plus en contradiction avec l'Évangile ; d'autre part, une politisation assez forte, dominée par les mouvements d'extrême-droite et les mouvements royalistes1.

Voilà pour l'essentiel. J'ai depuis continué mon chemin de foi, avec les doutes, les écarts, les moments faibles. Mais jamais, je n'ai eu le sentiment que l'Église – dite conciliaire – à laquelle j'appartiens ne m'a éloigné de Dieu et du Christ.

A suivre…

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...____________________________
  1. à l'époque – peut-être est-ce toujours le cas ? – de nombreux journaux de ces obédiences étaient vendus sur le parvis de St Nicolas []

Auteur: jibitou

Tout est dans la section « Qui suis-je ? »

Partagez ce billet sur

Trackbacks/Pingbacks

  1. Revue de Blogs : lecture, indignez-vous, politique, appli iPhone et LSD « Lemessin - [...] propose un gros dossier sur les traditionalistes. Un dossier en trois parties, à partir de son expérience personnelle. Il …

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>