Les Traditionalistes (2/3)

La liturgie

La liturgie a été et est un des points d'achoppement. Et c'est un point important puisque la liturgie est la manière, codifiée, selon laquelle les fidèles prient et célèbrent Dieu. Dans la religion catholique, toute célébration eucharistique a une importance primordiale puisque le Christ est présent dans l'hostie, au moment de la consécration. On ne peut, on ne doit donc pas faire n'importe quoi avec la liturgie.

Il est régulier que les Tradis dénoncent telle ou telle messe, telle ou telle façon de célébrer. Ils ont raison de dénoncer les abus. L'église n'est pas une salle de spectacle. Elle est le lieu de la rencontre avec Dieu, elle est le lieu où le Christ se rend présent. Est-ce le hasard ? Est-ce la bienveillance du Saint-Esprit ? Je n'ai jamais, dans les différentes paroisses où je suis passé lors de mes divers mouvements géographiques, eu à souffrir de ces débordements. Je crois donc volontiers qu'ils sont assez minimes en proportion. Et sachons aussi admettre que ces liturgies débridées ne sont en rien conformes à Vatican II.

Les dissemblances entre l'ancien et le nouveau rite ne sont pas si nombreuses mais certaines sont importantes et conduisent à avoir deux rites, sinon antagonistes, du moins très différents dans la forme. Car dans le fond, quelque soit le rite, l'eucharistie consacre la venue de Jésus Christ qui s'est donné en partage pour la multitude.

Le latin

L'abandon du latin pour les célébrations est un des points les plus connus. Vatican II a permis1 que les messes puissent être célébrées dans la langue vernaculaire (c'est-à-dire la langue parlée seulement à l’intérieur d’une communauté linguistique donnée, le français par exemple). J'aime le latin, surtout chanté, j'apprécie, comme beaucoup, la beauté du chant grégorien. Cependant, je suis gêné par une célébration en latin, tout simplement parce que je ne comprends pas ce qui est dit. Oh bien sûr, je sais maintenant ce que Kyrie Eleison ((Seigneur, aie pitié)) veut dire, tout comme Pater qui est in caelis ((Notre Père qui est aux Cieux)). Je préfère, quant à moi, réciter le Notre-Père en français, en pesant chaque mot. Je me souviens d'une messe solennelle à St Nicolas, où l'évangile avait été lu en latin. Il y a là une sorte de préciosité que j'ai dû mal à comprendre. Mais, latin ou français, peu importe finalement. Si certains préfèrent la messe en latin, c'est leur droit. Il faut aussi préciser que les fidèles ont généralement avec eux un missel qui leur permet d'avoir la traduction en français des paroles prononcées en latin.

Le prêtre et l'assemblée

Autre point de dissension, le plus important en réalité, la façon de célébrer. Selon le rite St Pie V, le prêtre est tourné vers l'autel, vers Dieu, tournant donc le dos à l'assemblée mais étant l'intermédiaire entre l'assemblée et Dieu. Vatican II a introduit une notion plus communautaire de la célébration, le prêtre étant face à l'assemblée. Vatican II a aussi permis une participation active de l'assemblée, pour différentes lectures. Pour la messe selon le rite de St Pie V, je comprends la force du symbole, que le peuple de Dieu se tourne vers Lui, symbolisant là son attachement et sa soumission. Cependant, j'opposerais deux arguments : d'abord, pour moi, se tourner vers Dieu se fait d'abord en son coeur, et l'on peut prendre toutes les postures que l'on veut, la Vérité est là, dans son être intime. Que certains se sentent plus à l'aise dans le rite extra-ordinaire, je le comprends. Mais qu'ils admettent que d'autres puissent s'unir à Dieu grâce au rite ordinaire. Ensuite, puisqu'il est question de tradition, je ne sais comment les premiers chrétiens célébraient leurs premières eucharisties. Mais l'aspect communautaire devait sans doute primer. La Cène telle que les Évangélistes nous l'ont rapporté avait cette dimension communautaire.

L'hostie

Un autre point de désaccord concerne la manière dont l'hostie est donnée aux fidèles. Exclusivement dans la bouche selon l'ancien rite alors que Vatican II a introduit la distribution dans la main. Comment Jésus a-t-il donné le pain à ses disciples lors de la Cène ? Est-on moins respectueux du corps du Christ si l'on prend l'hostie dans la main ? Le document du Vatican Redemptionis Sacramentum précise, au chapitre IV, article 92 que : "Tout fidèle a toujours le droit de recevoir, selon son choix, la sainte communion dans la bouche. Si un communiant désire recevoir le Sacrement dans la main, dans les régions où la Conférence des Évêques le permet, avec la confirmation du Siège Apostolique, on peut lui donner la sainte hostie. Cependant, il faut veiller attentivement dans ce cas à ce que l’hostie soit consommée aussitôt par le communiant devant le ministre, pour que personne ne s’éloigne avec les espèces eucharistiques dans la main. S’il y a un risque de profanation, la sainte Communion ne doit pas être donnée dans la main des fidèles." J'ai tout de même remarqué que lors des messes célébrées au Vatican par le Pape, l'hostie n'est généralement pas donnée dans la main.

Le rite de la paix

Autre moment absent de l'ancien rite, et largement répandu dans le nouveau, le rite de la Paix. Juste après le "Que la paix du Seigneur soit avec vous" auquel les fidèles ont répondu "Et avec votre Esprit", le prêtre enjoint les fidèles à "se donner la paix du Christ". Je sais d'expérience que ce moment rencontre beaucoup d'hostilité auprès des traditionalistes. Et si tous n'y sont pas hostiles par principe, beaucoup en éprouvent de la gêne. Là aussi, jetons un oeil à ce qu'en dit le Vatican : "En ce qui concerne le signe de la paix à transmettre, la façon de faire sera décidée par les Conférences des évêques, selon la mentalité et les us et coutumes de chaque peuple. Il convient cependant que chacun souhaite la paix de manière sobre et uniquement à ceux qui l’entourent."2

Conclusion

Le pape, tout comme son prédécesseur, a permis la célébration selon ce rite par différents motu proprio, le dernier ayant été signé en 2009. La liturgie peut donc être célébrée selon deux rites, le rite ordinaire ou le rite extra-ordinaire (l'ancien rite). Dans la plupart des paroisses françaises, c'est le rite ordinaire qui prévaut. L'un des problèmes est que de nombreux de prêtres ne savent pas célébrer selon l'ancien rite.

Ce que dit la FSSPX du nouveau rite ? C'est simple et clair : "Les prêtres de la Fraternité célèbrent exclusivement la Messe Traditionnelle, dite de St Pie V, en latin, et s'oppose activement aux nouveautés libérales introduites par et après le Concile Vatican II, qui minent la Foi et amènent sa ruine."3

J'aurais pu aussi évoquer la question des habits liturgiques (aubes, étoles,…) qui montrent qu'en réalité, rien ne trouve grâce aux yeux des Tradis, même la simplicité. Je vous renvoie à cet échange entre Nicolas Senèze, journaliste à La Croix, qui a osé se moquer d'un cardinal ayant revêtu la cappa magna, longue de 6 mètres. Certains s'en sont émus, ont tiré à boulets rouges sur lui. Voici sa réponse.

A suivre…

 

Modification du 11 juillet 2011 au début du 2ème paragraphe de la conclusion : précision sur le fait que la FSSPX parle bien du nouveau rite.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...____________________________
  1. il faut préciser que Vatican II n'a pas prôné l'abandon du latin mais a ouvert la porte à l'utilisation de la langue du pays – voir ce qu'en dit l'article 36 de Sacrosanctum Concilium []
  2. article 82 de la présentation générale du missel romain []
  3. Pour la référence, c'est ici []

Auteur: jibitou

Tout est dans la section « Qui suis-je ? »

Partagez ce billet sur

2 Commentaires

  1. Effectivement, l'insertion concernant ce que dit la FSSPX du nouveau rite est, non pas mal placée, mais mal introduite. Je vais faire la modification.

    Quant à la communion dans la main, vous parlez d'une tolérance là où Redemptionis Sacramentum parle de choix. Ce qui effectivement n'est pas la même chose.

    Enfin, je ne prétends pas avoir développer une présentation complètement exhaustive des Tradis. De là à la trouver partiale, je vous en laisse juge. Cependant, ce qui m'importe, ce n'est pas tant ce qui s'est passé il y a 40 ans – même si je vous concède que cela à son importance – mais ce qui se passe aujourd'hui. Et j'ai d'ailleurs le sentiment que la FSSPX est prisionnière de son passé, ce qui la contraint à garder une ligne dure.

    Publier une réponse
  2. Sur la communion dans la main, ce que vous oubliez de dire, c’est qu’il s’agit d’une tolérance, mais que par extension, et par dévoiement, cette pratique est devenue la règle. Alors qu’il s’agit plutôt de l’inverse, la règle est la communion dans la bouche, et l’on peut, par exception, tolérer quelque fois la communion dans la main. Pas pareil du tout.
    « Ce qu’en dit la FSSPX ? »
    Votre intersection entre les deux paragraphes est soit erronée, soit d’une mauvaise foi complète. En effet, vous évoquez le MP et son accueil par la FSSPX. En trente secondes, je retrouve le communiqué de Mgr Fellay à ce sujet : http://www.laportelatine.org/district/france/bo/MPFellay/MPFellay.php
    La FSSPX salue tout ce qui va dans le sens de la forme extra. Elle n’est effectivement pas favorable à la  forme ordinaire (mais ça n’est pas vraiment une nouveauté, puisque c’est le cas depuis les 70’s), mais ça n’est pas pour cela qu’elle refuse de saluer les gestes de Benoit XVI dans sa direction. Donc, vous ne pouvez pas dire que c’est ce dont parle la FSSPX, c’est faux.
    Et enfin, c’est quand même une présentation des tradis qui est assez partiale, parce qu’elle passe complètement à côté de l’interdiction dans les faits du rite tridentin, des propos de Paul VI en 1976, de tous les éléments qui expliquent comment la FSSPX a pu naitre et se développer. Notamment en France.

    Publier une réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Revue de Blogs : lecture, indignez-vous, politique, appli iPhone et LSD « Lemessin - [...] Un dossier en trois parties, à partir de son expérience personnelle. Il y parle, liturgie bien évidemment, avec le …

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>