Saint Paulin II d’Aquilée

Charlemagne

Quand beaucoup de gens pensent au Moyen Âge, ils imaginent une époque d’ignorance, de perte des civilisations, des cultures, et de conversions forcées au christianisme par le feu et par l’épée. 

Toutes ces conceptions doivent être nuancées, sinon carrément remises en cause, par l’exemple de saint Paulin II d’Aquilée, dont la fête est le 11 janvier.

Paulinus a grandi dans une famille d’agriculteurs et est devenu plus tard prêtre et professeur de grammaire. Il était bien connu pour l’étendue de ses connaissances, possédant non seulement une connaissance approfondie des classiques et de la patristique, mais aussi de la jurisprudence ; il était aussi un poète accompli et un auteur d’hymnes. (J’adore les histoires de personnes issues d’une éducation rurale qui grandissent en excellant aux yeux de leurs pairs urbains.)

Il était également un génie théologique et un commentateur biblique connu pour ses prédications ; il a été appelé « le meilleur théologien de la fin du VIIIe siècle ».

Avec ses talents de penseur, de communicateur et de juriste, il n’est pas étonnant qu’il soit remarqué par Charlemagne, qui nomme en 776 Paulinus, quinquagénaire, au rôle de « grammairien royal » au Palais de Aix-la-Chapelle, où il s’est lié d’amitié avec Alcuin d’York, connu comme « l’homme le plus savant du monde ».

Ensemble, Paulinus et Alcuin ont été les principaux architectes de ce que l’on appelle la Renaissance carolingienne, la première renaissance de la haute culture classique après les véritables âges sombres de la domination barbare et le début, à bien des égards, du haut Moyen Âge et de la riche civilisation chrétienne. associé avec.

Après dix ans, Paulin a été nommé patriarche d’Aquilée (un poste qu’il, comme de nombreux saints nommés à l’épiscopat, n’a accepté qu’à contrecœur), une ancienne ville romaine qui avait été considérablement réduite en stature après avoir été limogée par Attila et les Huns.

On se souvient de lui comme ayant été « l’évêque italien préféré de Charlemagne ». Outre son travail pastoral, il était connu pour avoir lutté pour les droits de l’Église à être indépendante du pouvoir civil ; il était en fait en mesure d’obtenir le droit d’Aquilée d’élire ses propres évêques à l’avenir plutôt que de se les faire imposer par l’empereur, comme Paulin lui-même l’avait été.

C’est important, je pense, parce que Paulinus était certainement un partisan de l’empire de Charlemagne à bien des égards – une partie de la raison pour laquelle il a obtenu la nomination royale était sa loyauté envers Charlemagne pendant la rébellion du duc Rotgaud ou Hrotgaud duc des Lombards du Frioul  en 774 et a ensuite servi d’envoyé pour Charlemagne, voyageant autour l’empire en tant qu’administrateur et représentant de son autorité ( missus dominicus ) – mais il avait aussi un sens très aigu (et plus clair que Jefferson) de ce que nous appelons aujourd’hui maladroitement « la séparation de l’Église et de l’État ».

Paulin II d’Aquilée bénissant l’armée frioulano-slave avant sa campagne contre les Avars. (Représenté dans la cathédrale d’Aquilée)

Cela se voit aussi dans la façon dont il a évangélisé le peuple slovène. Paulin n’était pas un pacifiste : lorsque le fils de Charlemagne, Pépin , lança une campagne militaire contre le peuple avar en 796, Paulin l’accompagna, donnant vraisemblablement son approbation. Cependant, une fois les Avars conquis, Paulin convoqua un synode d’évêques pour discuter de la façon de convertir ces nouveaux sujets de l’empire. Il a été décidé qu’ils seraient évangélisés de manière non-violente.

Ainsi, même si les activités missionnaires n’ont commencé sérieusement qu’après sa mort, on se souvient de Paulin comme de «l’apôtre des Slovènes» qui a joué un rôle important dans l’histoire du christianisme dans ce qui est aujourd’hui la Hongrie. Peut-être, en tant qu’enseignant invétéré, prédicateur et poète de renom, l’éloquent Paulin a compris qu’on ne peut amener les gens à la vraie foi qu’en faisant appel à leur raison et à leur cœur, non en les menaçant.

Enfin, on se souvient de Paulin pour son travail contre l’hérésie de l’adoptionnisme, convoquant un certain nombre de synodes contre eux et promouvant l’ajout du Filioque dans le Credo. Cela peut le rendre un peu controversé dans le climat œcuménique d’aujourd’hui, mais il faut rappeler deux ou trois choses ici. L’une est qu’il a reconnu que c’était * un ajout au Credo qui n’était pas là à l’origine, mais qu’il a souligné comment le Concile de Constantinople avait ajouté au Credo de Nicée. Cela montre une conscience de l’historicité que l’on ne reconnaît pas toujours chez les penseurs de cette époque. De plus, il semble qu’il ait recommandé qu’un concile ajoute cette clause au credo, et non le simple décret du pape. Le Schisme aurait-il pu être évité si son conseil avait été suivi ?

Ce garçon de ferme devenu éducateur de l’empire mourut en 802 ou 804. Alcuin d’York écrivit son épitaphe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code