Un chrétien devrait-il préparer ses dernières volontés et un testament ?

faire un leg ou un don

Un testament est essentiellement la même chose que des dernières volontés. Il s’agit d’un document écrit qui communique la manière dont une personne souhaite que ses biens soient distribués après son décès. 

Étant donné qu’une personne peut modifier son testament lorsque les circonstances changent, seul le dernier testament (le plus récent) est en vigueur. Parfois, un testament répartira les biens directement entre les personnes, et parfois la personne peut établir une fiducie (fiducie testamentaire) qui établira des règles pour la distribution du patrimoine. Une fiducie testamentaire peut être établie pour limiter le montant d’argent auquel un héritier peut accéder dans un certain délai. Il peut également établir certaines conditions pour un accès continu à l’héritage. Par exemple, si un héritier ne conserve pas son emploi, échoue à un test de dépistage de drogue ou est reconnu coupable d’un crime, il peut perdre l’accès aux fonds détenus en fiducie.

Lorsque le roi Ézéchias était malade, le prophète Ésaïe lui a dit : « Mets de l’ordre dans ta maison, car tu vas mourir » (Ésaïe 38 : 1)

De toute évidence, il est sage de se préparer à l’événement de sa mort. La Bible ne précise pas directement si un chrétien doit préparer un testament puisque les testaments sont une convention moderne. Dans les temps anciens, les lois sur l’héritage étaient plus rigides et la richesse était, par défaut, distribuée par la loi. 

Les chrétiens d’aujourd’hui ont le choix de ce qu’il advient de leurs biens, et il semblerait qu’une bonne gestion exige qu’ils utilisent ce choix pour tirer le meilleur parti de leurs biens. Dans certains cas, laisser de grosses sommes d’argent ou d’autres actifs à leurs enfants peut ne pas être un choix judicieux, alors une fiducie testamentaire pourrait être le meilleur choix. Les chrétiens ont également la possibilité de soutenir des associations après leur mort en faisant un leg

Il n’y a pas de principe biblique selon lequel les parents doivent laisser tout ce qu’ils ont à leurs enfants, et dans de nombreux cas, d’autres individus ou ministères peuvent être plus nécessiteux ou peuvent faire un meilleur usage de ces actifs. Si une personne décède intestat (sans testament), les biens seront distribués conformément à la loi de l’État, qui n’inclura pas les distributions à des ministères chrétiens et très souvent ne reflétera pas les priorités du chrétien décédé.

Plus cruciale que la répartition des biens est l’établissement d’une tutelle pour les enfants mineurs. Le « parent vivant le plus proche », sans parler d’un foyer d’accueil ou d’un établissement public, n’est peut-être pas le meilleur choix. Un testament peut établir qui s’occupera des enfants. Le chrétien voudra s’assurer que le tuteur est aussi un croyant qui continuera à élever les enfants dans un foyer chrétien.

Pour être valide, un testament doit être préparé et déposé conformément à la loi de l’État. Certains États sont très spécifiques dans leurs exigences, et d’autres sont assez indulgents. Pour être sûr, il est préférable de consulter un avocat et de dépenser les deux ou trois cents euros (dans la plupart des cas) pour s’assurer que le testament répond à toutes les exigences légales de l’État afin que les derniers souhaits qui reflètent les priorités chrétiennes soient honorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.